Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Business

28 janvier 2014

Energies renouvelables en Allemagne ? 

La réalité économique a tempéré l'enthousiasme des Allemands pour les énergies renouvelables.

Cette constatation a émergé ce mois-ci quand Sigmar Gabriel, le ministre allemand de l'économie et de l'énergie, a lancé une mise en garde. La première économie européenne risque en effet de se retrouver confrontée à une « désindustrialisation » si elle ne parvient pas à maîtriser le coût élevé du subventionnement des sources d'énergie renouvelables, comme l'éolien ou le solaire.

La politique allemande de développement des énergies renouvelables a pris un nouveau virage en 2011 après la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon), qui a incité le gouvernement fédéral à décider la fermeture de toutes les centrales nucléaires d'Allemagne d'ici 2022.

Les subsides alloués aux énergies renouvelables ont cependant fait flamber le coût de l'énergie allemande, qui augmente trois fois plus vite que l'inflation. En Allemagne, la facture énergétique des consommateurs et du secteur industriel, traditionnellement gros consommateur d'énergie, est parmi les plus élevées d'Europe. Les subsides alloués aux énergies renouvelables coûtent quelque 24 milliards d'euros par an au trésor allemand, a déclaré Sigmar Gabriel.

L'efficacité des technologies de production allemande fait l'admiration du monde entier, et l'augmentation de la productivité permet encore aux manufacturiers de compenser une partie de ce surcoût. Il y a néanmoins des limites, en particulier parce que l'utilisation du gaz de schiste en Amérique du Nord entraîne une diminution des prix de l'énergie et renforce la compétitivité américaine dans le domaine des biens de consommation coûteux comme l'automobile ou la mécanique industrielle.

De plus, la réduction de la production d'électricité nucléaire a augmenté la part d'électricité générée dans les centrales à charbon allemandes, augmentant paradoxalement les rejets de gaz de serre.

Le caractère limité des réserves de combustibles fossiles constitue une autre bonne raison d'investir dans les énergies renouvelables, mais l'Allemagne estime que ces arguments doivent être mis en balance avec les besoins économiques de sa société.