Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Business

16 mars 2017

Fraude agroalimentaire 

Les hommes produisent de l’huile d’olive depuis plus de cinq mille ans.

Vendu depuis l’Âge de Bronze, la popularité de cet « or liquide » a explosé ces dernières décennies. Près de 3,3 millions de tonnes d’huile d’olive ont été achetées en 2015, soit une augmentation de 73 % de la consommation mondiale en 25 ans.

En 2015, les Américains ont acheté environ 350 000 tonnes, soit une augmentation de 250 % sur la même période. Les Allemands, les Anglais et les Japonais en ont consommé quelque 65 000 tonnes, soit une augmentation respective de 465 %, 763 % et 1 400 %.

Parallèlement à l’essor de l’huile d’olive, le côté sombre de cette industrie a émergé sous les traits de la corruption et la contrefaçon.

Les produits contrefaits saturent le marché au niveau mondial. Une étude montre que 69 % de toutes les huiles d’olive ne remplissent pas les critères requis par le label « extra-vierge ».

De fait, la plupart des bouteilles vendues dans votre supermarché portant l’étiquette « produit italien », « vierge » ou « extra-vierge » sont sans doute des contrefaçons coupées avec des huiles moins chères ou parfois même des produits chimiques.  

En Italie, celle qu’on appelle la « mafia agro » a infiltré tous les niveaux de ce marché, générant un montant estimé à 16 milliards de dollars par an. Des sources fiables estiment même à 80 % l’huile d’olive italienne frauduleuse.  

En février, la police italienne a arrêté 33 membres d’une organisation criminelle exportatrice de huile d’olive contrefaite vers les Etats-Unis, saisissant au passage 42,8 millions de dollars.

Si plusieurs pays sont victimes de cette fraude, c’est l’Italie qui est à la première place. Ces dernières années, le pays a été le témoin de plusieurs scandales au sujet d’étiquetage erroné au sein de certaines des plus grandes marques comme  Bertoli, Sasso et Carapelli.

Alors que les autorités intensifient leur lutte contre ce fléau, la situation commence à changer. Le gouvernement italien s’est associé à des groupes privés afin de lancer un nouveau sceau électronique attaché aux bouteilles, gage de qualité et d’authenticité des produits.