Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Business

25 avril 2017

Mot à mot 

Le traducteur universel de Star Trek n’est plus un outil de science-fiction.

Les solutions de traduction automatique ont fortement progressé depuis le lancement par Google de son outil de traduction instantanée en 2006.

Le produit dont tout le monde rêve n’est toutefois pas encore disponible. L’oreillette Pilot – surnommée par ses créateurs « la première oreillette de traduction au monde » – a pour objectif de vous souffler une traduction instantanée dans votre oreille. Les précommandes pour cette oreillette d’une valeur de 249 dollars ont atteint 4,5 millions de dollars.

Parallèlement, iTranslate est une application téléphonique qui propose une traduction orale immédiate – avec plus de 60 millions de téléchargement, il est clair que la traduction instantanée intéresse les foules du monde entier. 

Si l’on considère le rythme constant de la mondialisation et la demande pour des services de traduction, le marché de la technologie des langues, qui représente 29 milliards de dollars, est appelé à croître fortement. Cette industrie est d’ailleurs sur le point d’être bouleversée par les progrès réalisés en matière de Neural Machine Translation (NMT), soit la traduction automatique neuronale.

Le changement majeur qu’apporte un moteur NMT par rapport aux autres systèmes de traduction est qu’il va traiter la phrase, le paragraphe ou le document dans sa globalité et non mot à mot. Comme dans le cerveau humain, des sous-réseaux de neurones s’activent au fur et à mesure de la traduction, pour extraire le sens du texte à traduire, enrichir la compréhension grâce à la syntaxique et la sémantique, contextualiser le contenu, repérer les mots-clés, etc.

Ce système est même programmé pour apprendre de ses erreurs et réduit les fautes de traduction de 87 % en comparaison avec les outils de traduction disponibles sur le web.

Même si les moteurs NMT changent la donne pour les outils de traduction automatique et font partie intégrante des appareils comme le Pilot évoqué plus haut, il est peu probable qu’ils aient un impact important sur le métier des traducteurs en général.

Finalement, si la qualité des traductions basées sur le système NMT dépasse l’état de l’art actuel, elle est loin de pouvoir remplacer les traducteurs humains. Même si cette technologie contextualise le contenu, elle est loin de pouvoir comprendre toutes les subtilités des différentes langues du monde, et notamment dans la communication écrite.

Ainsi, les logiciels basés sur la NMT sont capables de fournir une traduction approximative, mais dans le monde des affaires, l’approximation ne suffit pas.