Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Business

27 mai 2015

Puissance des marques 

Forbes vient de publier sa liste annuelle des marques les plus puissantes. Cette dernière est, comme on pourrait s'en douter, dominée par les géants technologiques américains. L'étude démontre ainsi que la marque Apple vaut plus du double de son rival le plus proche. Il y est également observable que les entreprises européennes possèdent les marques les plus convoitées dans certains secteurs clés.

Ce sont, par exemple, des entreprises du Vieux Continent qui dominent le secteur des produits de luxe, de Louis Vuitton à Hermès dans la mode, à BMW, Mercedes et Audi dans le segment des voitures de luxe. Ces marques ne possèdent pour ainsi pas de rivales. La seule marque de vêtements de luxe américain figurant au classement est Coach.

Les entreprises européennes sont également bien représentées dans le prêt-à-porter, comme Zara et H&M, de même que dans le segment des denrées alimentaires, dominé par Nestlé et Danone.

Ces exemples nous rappellent que, quelles que soient les difficultés traversées par l'économie européenne, le Vieux Continent peut toujours se targuer de posséder quelques-unes des marques mondiales dominantes et qu'il continue de dicter sa loi dans différents secteurs comme la mode, les produits de luxe et l'image de marque auprès de consommateurs.

Pourtant, les sociétés technologiques européennes éprouvent de grosses difficultés à imposer leurs marques à l'échelle mondiale, puisqu’aucune ou presque ne figure dans la liste publiée par Forbes. Qui plus est, HSBC est la seule entreprise de services financiers de la liste à posséder son siège social de ce côté-ci de l'Atlantique.

L'évaluation de Forbes n'est certes pas rigoureusement scientifique, mais elle indique dans une certaine mesure que ni l'économie américaine ni l'européenne ne sont aussi diversifiées qu'on pourrait le penser. Elle suggère en particulier que, si de nombreuses entreprises européennes ont appris à saisir les opportunités qui s'offraient à elles sur le marché européen, unifier et s'imposer à l'échelle mondiale sont encore des défis qu’elles doivent relever.