Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Business

28 avril 2015

Un futur connecté 

L'Apple Watch, que l'on voit enfin apparaître au poignet des consommateurs depuis la semaine dernière, promet de faire passer l'Internet des objets à la vitesse supérieure.

Les chercheurs et stratèges d'entreprise étudient fiévreusement le potentiel offert par la mise en réseau d'objets physiques qui collectent des données avant de les transmettre au constructeur, à l'opérateur ou à tout autre appareil connecté - et par l'interprétation et l'utilisation subséquentes de ces données.

Pour de nombreuses personnes, l’une de premières applications pratiques de l'Internet des objets est le « moniteur d’activité », qui mesure des informations comme le nombre de pas parcourus, le rythme cardiaque ou le comportement de sommeil avant d'aider l'utilisateur à changer de comportement, par exemple en faisant plus d'exercice.

Ce domaine était jusqu'à présent dominé par les fournisseurs de niche, mais l'Apple Watch l’a fait entrer dans une nouvelle dimension.

La collecte des données a des implications allant bien au-delà de la santé. Dans le monde des voitures autonomes qui approche à grands pas, la gestion autonome des croisements pourrait à terme remplacer les feux de circulation de nos carrefours. Au lieu de s'arrêter aux feux rouges, les véhicules autonomes programmeront une fenêtre de passage dans un carrefour en temps réel, en accélérant ou en ralentissant pour arriver au bon endroit au bon moment.

Ces capacités de collecte d'informations pourraient même aider à faire reculer la menace qui plane sur la population mondiale d'abeilles en s'attaquant au « varroa destructor », un acarien responsable de la destruction d'innombrables colonies. Les données d'un circuit imprimé camouflé pour se confondre avec les alvéoles d'une ruche pourraient recevoir l'ordre d'augmenter la température à l'intérieur de la ruche juste assez pour stériliser les acariens mâles avant qu'ils ne parviennent à féconder les œufs des femelles, le tout sans gêner les abeilles.

Les chercheurs assurent que jusqu'à 30 milliards d'objets connectés pourraient être dénombrés d'ici 2020, et que le marché de l'Internet des objets liés aux soins de santé pourrait représenter à lui seul quelque 117 milliards de dollars. Une myriade de problèmes ayant trait à l'utilisation et à la confidentialité des données doit encore être résolue, mais les entreprises brûlent déjà d’impatience de tirer parti des opportunités que cette révolution leur offre.