Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Culture

17 avril 2014

Connexions culturelles en Asie 

De plus en plus de musées européens font les yeux doux à l'Asie pour créer des connexions culturelles et trouver de nouvelles sources de financement.

Les collectionneurs d'art asiatiques fortunés jouent désormais un rôle important sur le marché culturel européen, alimentant la flambée des prix lors des ventes aux enchères d'impressionnistes et de modernistes. Quant aux grands musées américains et européens, ils tissent des liens avec leurs homologues asiatiques (en particulier Hong Kong) pour permettre aux amateurs asiatiques de découvrir l'art occidental classique.

Les musées plus modestes tendent, aujourd’hui, à leur emboîter le pas. A titre d’exemple, le musée Van Gogh d'Amsterdam, qui attire quelque 1,5 millions de visiteurs par an, a organisé en Chine une exposition itinérante célébrant les impressionnistes les plus célèbres.

Le Hong Kong Science Museum, pour sa part, a accueilli une exposition en provenance du musée Leonardo da Vinci de Florence. Des dizaines d'expositions semblables ont par ailleurs ouvert leurs portes en Chine, à Hong Kong et dans d'autres pays asiatiques. Si leur but premier consiste à élargir l'audience dont bénéficie l'art occidental, les musées sont également à la recherche de mécènes au sein de l'élite économique asiatique.

Face aux coupes budgétaires pratiquées en Europe, l'Asie peut apparaître comme une bouée de sauvetage. Même le Louvre parisien, un des musées les plus prestigieux du monde, a considérablement vu ses aides publiques se réduire au fil des décennies. Jadis entièrement à charge du gouvernement français, le Louvre tire désormais plus de la moitié de son financement d'autres sources. Quand 4 millions d’euros sont venus à manquer malgré une récente collecte de fonds, le Louvre n'a pas hésité à se tourner vers les patrons de Hong-Kong pour combler le trou.

Pour les amoureux de la culture, cela va bien plus loin que de simples expositions pour attirer du public ou des musées en quête de donateurs. En effet, la culture élitiste est en passe de devenir un pont qui relie des sociétés éloignées et qui ne peut que renforcer les liens entre les peuples.