Culture

06 janvier 2014

Il y a toujours un musée qu'on aime 

À l'ère du divertissement électronique, les musées n'ont rien perdu de leur pouvoir de séduction. De magnifiques établissements, comme le Louvre à Paris, attirent de plus en plus de visiteurs, tandis que les nations émergeantes construisent de nouveaux musées pour dévoiler leur richesse culturelle au monde.

Si les établissements font traditionnellement la part belle aux œuvres d'art, aux antiquités et à l'histoire naturelle, le concept même de musée s'est aujourd’hui considérablement élargi. C'est ainsi qu'il existe un musée du champignon en France et un musée de la carotte en Belgique. Au cours des dernières décennies, la conception des musées est devenue de plus en plus débridée, et les expositions se sont faites, quant à elles, plus animées et interactives.

Les musées font également preuve de plus en plus d'imagination pour dénicher des fonds pour financer leurs activités. À titre d'exemple, le budget annuel du British Museum avoisine les 100 millions de livres sterling, dont 40 % couvrent les frais de personnel.

Plus éduquée et plus prospère que jamais, la population mondiale s'intéresse de plus en plus près à l'art et à la culture. Ce simple désir de se trouver devant un Van Gogh ou un Picasso authentique fait aujourd’hui vivre les musées du monde entier.

Les musées misent sur la demande croissante de culture en organisant de grandes expositions d'artistes célèbres, même si la location de leur œuvres d'art les plus cotées à d’autres musées  peut s'avérer tout aussi juteuse. Cette manne vient s'ajouter à leurs sources de revenus traditionnelles : agences publiques, associations sans but lucratif et donations de mécènes fortunés.  

Les nouvelles idées de financement sont importantes, car les périls rencontrés par les économies locales ont plongé bon nombre de musées dans des difficultés financières. Pour les musées, le défi est de rester vivant sans être relégué au rang de curiosité historique.