Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Culture

04 février 2014

L'art retrouve la cote à Paris  

Si New York et Londres restent les deux premières places occidentales pour les enchères d'objets d'art et de collection prestigieux, une récente vente aux enchères record annonce le grand retour de Paris sur le marché de l'art.

En décembre, un portrait réalisé par le moderniste italien Amedeo Modigliani a en effet été adjugé pour la somme de 6,5 millions d'euros, une somme record pour un tableau en France en 2013. Le portrait représentait Roger Dutilleul, collectionneur d'art et mécène de Modigliani. En 1920, un an après avoir réalisé ce portrait, Modigliani décédait à l'âge de 35 ans à Paris.

Sotheby’s indique que les ventes d'art contemporain ont rapporté 44 millions d'euros en France, un record. Parmi elles, un tableau de Marc Chagall a été adjugé 3,6 millions d'euros en décembre.  Sa grande rivale, Christie’s, annonce quant à elle que le ventes d'art en France en 2013 ont augmenté de 62 % par rapport à l'année précédente.

Le plus étonnant reste néanmoins que Paris ne semble pas devoir rattraper un quelconque retard. La ville possède, en effet, des musées comme le Louvre, abritant quelques-unes des plus célèbres œuvres d'art jamais créées, et son statut de capitale de la culture occidentale est incontesté.

Pourtant, le marché de l'art en plein essor a longtemps été dominé par New York et Londres. Si leur hégémonie s'étiole progressivement, cela est également dû à la nouvelle richesse de la Chine, qui a entraîné une augmentation de la vente de tableaux, sculptures et objets de collection à destination de Pékin, Hong Kong ou Shanghai.

Le problème est aujourd’hui de savoir si Paris sera en mesure de prolonger cet élan retrouvé sur un marché où la concurrence est plus féroce que jamais. Le fait que la ville soit un aimant attirant les visiteurs asiatiques fortunés constitue un atout incontestable.