Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Entrepreneuriat

17 septembre 2015

Commande à distance 

Conçu à l'origine comme une arme de guerre, le drone s'impose progressivement dans la vie civile et se généralise dans le monde du commerce. Les dépenses mondiales en matière de drones commerciaux devraient même atteindre 12 milliards de dollars ces dix prochaines années.

Amazon, le site de vente en ligne, estime que le drone est appelé à devenir l'outil de livraison urbaine du futur, puisqu'il pourrait être en mesure de livrer en moins de 30 minutes de petits colis à ses clients. Quant à Google et DHL, ils font preuve du même enthousiasme.

Dans l'immédiat, les autorités s'emploient à résoudre le problème le plus urgent soulevé par l'utilisation des drones : la sécurité des avions civils.

Après avoir reçu plusieurs rapports faisant état de collisions évitées de justesse, la Commission européenne planche désormais sur la rédaction de règles communes pour l'exploitation des drones dans l'espace européen. Les parlementaires européens doivent se prononcer ce mois-ci sur un rapport publié par la députée européenne britannique Jacqueline Foster qui ébauche des propositions de législation.

L'Europe compte déjà quelque 2 500 petits opérateurs civils de drones possédant une licence, alors que la US Federal Aviation Authority en a reconnu environ 1 500. Aujourd'hui, le drone est utilisé dans de nombreux secteurs comme l'agriculture, l'énergie et la photographie. S’ils sont censés opérer dans l'espace aérien inutilisé par les aéronefs avec équipage, certains problèmes se sont déjà produits lorsque des avions croisent l'espace dans lequel évoluent des drones au décollage et à l'atterrissage. 

Les problèmes juridiques et réglementaires vont cependant bien au-delà de la sécurité.

En Californie, un projet de loi souhaitait interdire aux drones de survoler à moins de 100 mètres les propriétés commerciales sans l'accord du propriétaire. Même si la loi n'est finalement pas passée, l'initiative démontre que les drones peuvent être soumis à des règles tant locales que nationales. Au moins 17 états américains ont voté des lois restreignant l'utilisation des drones par les citoyens, les entreprises et les organismes chargés de faire appliquer la loi.

L'Europe est sans doute plus proche de la mise au point d'un cadre réglementaire complet pour les opérateurs de drones, mais il va sans doute falloir encore patienter pour voir les drones d'Amazon ou de Google livrer leurs colis dans les rues de Paris ou de Bruxelles.