Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Entrepreneuriat

29 juillet 2014

L'Europe en tête pour l'innovation 

Sept des 10 nations les plus innovantes du monde sont européennes, indique une étude comparative annuelle de 143 économies regroupant la plus grande partie de la population mondiale.

Publié depuis 2007 par Cornell University aux Etats-Unis, l'INSEAD en France et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, l'indice mondial de l'innovation tente de quantifier la capacité des différents pays à générer de la connaissance, de la technologie et de la créativité (ce que l'on appelle la « production créative ») à partir de sa recherche, de ses institutions, de ses infrastructures, de sa sophistication économique et du capital humain qui mènent à l'innovation.

Le dernier indice a désigné la Suisse comme l’économie la plus innovante au monde pour la quatrième année consécutive, suivie par le Royaume-Uni, la Suède, la Finlande, les Pays-Bas, les Etats-Unis, Singapour, le Danemark, le Luxembourg et Hong Kong.

Quels sont les points communs entre les 25 premières nations de ce classement ? D'excellentes écoles, un bon accès à la formation, des processus d'entreprise et de marché sophistiqués, ainsi que des structures réglementaires qui encouragent l'invention et soutiennent la propriété intellectuelle.

Les chercheurs ont trouvé que, même si le classement de chaque pays peut évoluer légèrement (le Luxembourg a chassé l'Irlande du top 10 cette année), le groupe de tête conserve une avance confortable sur le reste du monde. En dépit de sa puissance industrielle et financière, la Chine ne se classe par exemple qu'à la 29e place. Toutefois, les marchés émergents affichent d’indéniables signes d'amélioration.

Le rapport de cette année met en exergue une autre tendance : la migration des talents entre le groupe de tête et le reste du peloton. Les meilleurs chercheurs du monde ont tendance à travailler aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, mais la « fuite des cerveaux » fonctionne également dans le sens inverse, quand les gens talentueux rentrent au pays avec l’expérience qu'ils ont acquise.

« La tendance à une migration inverse commence à s'intensifier », explique le rapport, en suggérant que le plus important match des années à venir pourrait bien opposer les nations de tête, qui veulent garder les talents qu'elles ont importés, et les pays d’origine qui essaient de les faire revenir.