Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Entrepreneuriat

09 décembre 2013

Le trésor hi-tech belge 

Les découvertes réalisées par une entreprise de recherche belge aident les constructeurs informatiques à défier les lois de la physique en augmentant continuellement la puissance et l'efficacité des puces électroniques qui animent les ordinateurs.

Spécialisée dans la nanotechnologie, Imec travaille d'arrache-pied pour trouver des solutions à un véritable défi : comment placer encore plus de transistors sur une puce de silicone ?

Les innovations au niveau atomique sont indispensables pour permettre aux producteurs de semi-conducteurs d'augmenter la puissance des ordinateurs à coût égal ou moindre, permettant ainsi la croissance de l'industrie informatique et la transformation numérique de nombreux aspects de notre vie quotidienne depuis plusieurs décennies. 

La loi de Moore, qui postule que le nombre de transistors placés sur un microprocesseur doublerait tous les deux ans, se vérifie depuis le milieu des années soixante. Il ne sera pourtant pas possible de continuer à réduire la taille des circuits à l'infini.

Les derniers microcircuits sont tellement petits qu'ils se heurtent aux limites de la physique. Imec et d'autres organisations, avec lesquelles elle collabore dans le monde entier, ne cessent cependant de trouver des solutions pour extraire plus de puissance de calcul sans modifier la taille du processeur.

En novembre 2013, Imec a dévoilé une technologie permettant de réduire de moitié la taille des transistors équipant les puces électroniques les plus sophistiquées du moment. Les transistors peuvent ainsi fonctionner à basse tension, ce qui évite aux processeurs de surchauffer (entraînant par ailleurs une réduction de leur consommation électrique).

Les avancées réalisées par Imec semblent valider une fois de plus la loi de Moore, au moins pour les prochaines générations d'ordinateurs, smartphones, tablettes et autres produits. Qui peut soutenir avec certitude qu'Imec n'aura pas découvert une nouvelle méthode révolutionnaire pour miniaturiser encore les transistors au moment où les limites de la technologie auront été atteintes ?