Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Entrepreneuriat

24 juin 2015

Manipulation mentale 

Les étudiants en linguistique savent depuis bien longtemps que le langage est un outil relativement rudimentaire pour véhiculer des idées, et les scientifiques recherchent des moyens de communication plus efficaces. La transmission directe d'idées par le cerveau pourrait-elle constituer la solution ?

S'il a fallu attendre juin 2013 pour que des chercheurs de l'University of Wisconsin apportent la confirmation que ce type de communication est désormais possible, la technologie de la manipulation mentale semble évoluer à grands pas depuis.

Une initiative précoce a été l'app MindRDR, dévoilée en 2014 par This Place, une société spécialisée dans l'expérience des utilisateurs basée à Londres. Cet app doit permettre aux utilisateurs de la Google Glass d'exécuter des fonctions telles que prendre des photos et les télécharger sur l'Internet rien qu'en y pensant.

L'app utilise un serre-tête d'électroencéphalographie pour mesurer l'activité électrique du cerveau et convertir ces signaux en instructions destinées à la Google Glass, même si elles se limitent à « oui » et « non ».

La chaîne de télévision publique BBC a de son côté expérimenté une technologie qui permet au spectateur d'activer son service à la demande iPlayer et de sélectionner l'émission de son choix grâce à un casque expérimental qui lit les ondes cérébrales par le biais de deux capteurs, l'un reposant sur le front et l'autre attaché à l'oreille par un clip.

Même si ces initiatives précoces se limitent à des fonctions relativement simples, les scientifiques estiment que la technologie de la manipulation mentale pourrait au final profiter aux personnes atteintes de problèmes médicaux comme le syndrome d'enfermement ou une paralysie.

Les chercheurs sont également conscients du temps dont le grand public pourrait avoir besoin avant d’accepter cette technologie. Le débat actuel relatif à la protection de la vie privée illustre les difficultés potentielles pour l’opinion publique à accepter et à permettre à leurs pensées et réflexions d'être mesurées et lues par des machines. Mais les progrès réalisés par la technologie de la manipulation mentale semblent indiquer que ces questions vont bientôt être posées.