Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

08 septembre 2015

Bulle fédérale ? 

N’ayant pas encore vécu de bulle immobilière ces dernières décennies, le marché immobilier allemand a longtemps été considéré comme un des marchés immobiliers parmi les plus stables.

Aujourd’hui, cependant, une politique monétaire laxiste, l'euro faible et la reprise de l’économie fédérale font craindre aux décideurs et aux investisseurs institutionnels allemands l'apparition d'une bulle.

Au cours du second trimestre, les prix de l'immobilier résidentiel et commercial ont augmenté de 4,9 % par rapport à l'année dernière selon la VDP, l'association allemande des banques hypothécaires.

Deutsche Wohnen, le second plus grand propriétaire allemand, a réduit le train de ses acquisitions et refinancé sa dette, argumentant que les prix du marché deviennent prohibitifs et que les loyers ne justifient plus les prix payés. Grainger, un groupe immobilier coté en bourse au Royaume-Uni, a également vendu ses actifs dans le pays pour tirer profit du marché fort.

Les décideurs politiques sont tout à fait conscients du problème. En juin, Berlin est devenue la première ville allemande à introduire un plafond sur les loyers afin d'empêcher les propriétaires de demander aux nouveaux locataires plus de 10 % de plus que la moyenne locale. Les loyers berlinois ont augmenté de 40% entre 2003 et 2011 et de plus de 9% entre 2013 et 2014. 

Certains analystes pensent toutefois que le marché immobilier allemand devrait continuer à croître. L'économie domestique est solide, tandis que la politique monétaire de la zone euro pourrait être trop laxiste pour ses membres les plus solides. L'euro faible attire également les investisseurs étrangers, alors que les rendements obligataires au plus bas continuent d’orienter les investisseurs vers des actifs plus rentables.

Les décideurs allemands pourraient être plus incités à intervenir pour apaiser le marché que ce n’est le cas dans des pays comme la Grande-Bretagne. Mais, pour l’instant , la légèreté inhabituelle de l'immobilier allemand actuelle semble appelée à durer.