Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

19 février 2014

Conséquences de la prospérité asiatique 

Les nouveaux capitaux provenant d'Asie font flamber les prix de l'immobilier à Londres, Monaco, Hong Kong, New York et d'autres destinations prisées dans le monde.

Plusieurs analystes craignent que les devises asiatiques n'alimentent une bulle immobilière sur certains marchés. Le prix des habitations à Londres a augmenté de plus de 25 % par rapport au niveau record d'avant la crise, et certains estiment les propriétés de Hong Kong surévaluées d'un tiers ou plus.

Les taux d'intérêt bas ont stimulé la croissance des résidences de standing, alors que les valeurs se stabilisaient ou chutaient dans d'autres segments du marché résidentiel. À titre d'exemple, les prix des maisons en Italie affichaient une baisse de 6,5 % au troisième trimestre 2013 par rapport à l'année précédente. L'augmentation des taux d'intérêt consécutive au programme d'achat d'obligations de la Réserve fédérale américaine pourrait toutefois rendre les investissements dans l'immobilier moins chatoyants.

Au-delà des tendances du marché à court terme, il est cependant vraisemblable que la prospérité asiatique devrait encore se renforcer au cours des années à venir. Les comportements d'achats résidentiels typiques des nouveaux riches du continent pourraient créer des possibilités extraordinaires s'ils décidaient de diversifier leurs portefeuilles immobiliers.

Pour le moment, les acheteurs asiatiques affichent une forte préférence pour les habitations situées dans des zones urbanisées proches des commerces et de la culture ; moins de 5 % de leurs propriétés se situent dans des sites de loisirs classiques comme les stations de ski ou les stations balnéaires.

En contraste, c'est là que se font plus de 20 % des achats de propriétés d’investisseurs européens et nord-américains fortunés. Les pentes d'Aspen et les plages de la Côte d'Azur n’ont rien perdu de leur pouvoir de séduction, et les Asiatiques ne voient pas pourquoi ils ne pourraient pas y investir également.

À moins qu'ils ne préfèrent créer de nouvelles enclaves du luxe plus près de l'Asie, tout comme les pétrodollars ont contribué à faire de Dubaï un phénomène mondial. En tout cas, les occasions ne manquent pas.