Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

09 décembre 2014

En quoi Londres ressemble à Monaco 

L'une est une métropole tentaculaire située à quelques kilomètres des côtes de la mer du Nord et exposée à un climat pluvieux, l'autre une minuscule enclave d'à peine deux kilomètres carrés et comptant quelques 37 500 habitants s'élevant à pic au-dessus du rivage ensoleillé de la Méditerranée.

Pourtant, Londres et Monaco ont plus de points communs qu'on ne pourrait le soupçonner au premier abord, à en croire un rapport rédigé par la société immobilière Pastor Real Estate, qui possède des bureaux dans les deux villes.

Alors que Londres s'étend sur plusieurs kilomètres des deux côtés de la Tamise, son quartier central est soumis à des barrières physiques et réglementaires qui l'empêchent de se développer. Conjuguée à la demande internationale, cette situation maintient les prix de l'immobilier à un niveau extrêmement élevé. Comme à Monaco, mais à l'inverse de la plupart des autres quartiers de Londres, la réponse apportée à l'équation consiste à construire des immeubles d'appartement moyennement hauts à hauts pour maximiser l'occupation du terrain.

Le pouvoir de séduction des deux villes ne réside cependant pas uniquement dans leur image opulente, caractérisée par des hôtels de luxe et des boutiques exclusives, mais aussi dans leur stabilité politique, un facteur important pour les individus et les familles riches par rapport à d'autres lieux plus volatils du monde. A Londres, les habitants peuvent également bénéficier d'avantages fiscaux en leur qualité de résidents non domiciliés.

Pastor Real Estate a jumelé sept « villages urbains » dans chacune des villes, comme Fontvieille et South Kensington, prisés par les propriétaires de yachts de luxe et de résidences secondaires, ou les quartiers d’hôtels et de magasins de Monte Carlo et Mayfair.

Le cabinet déclare que, alors que les prix dans ces quartiers de Monaco étaient 79 % plus élevés que ceux de leurs homologues londoniens en 2011, cet écart s'est désormais résorbé et n'est plus que de 41%. Et même si le prix moyen d'un appartement à Fontvieille est actuellement de 3,43 millions de livres sterling, Knightsbridge n'est pas loin derrière, avec 3,27 millions de livres, précédant de peu Mayfair avec 3,22 millions.