Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

06 mai 2014

l’immobilier néerlandais relancé 

Les investisseurs immobiliers considèrent les Pays-Bas comme un refuge à l'abri de l'augmentation des prix qui font rétrécir, comme peau de chagrin, les rendements des marchés immobiliers les plus en vue d'Europe.

Les prix de l'immobilier flambent dans les villes prospères d'Allemagne comme Munich et Francfort, tandis que le marché londonien est aujourd’hui en plein boom et présente des défis similaires. Après avoir touché le fond à la suite de la crise financière mondiale, les prix de l'immobilier aux Pays-Bas viennent à peine, quant à eux, de repartir à la hausse, ce qui ne manque pas de créer d'intéressantes opportunités pour les investisseurs.

Les taux d'intérêt bas ajoutent encore au pouvoir de séduction du marché néerlandais. Cependant, bon nombre des principales banques néerlandaises à peine sorties de la crise restent réticentes à prêter, ce qui a entraîné un renforcement de la régulation de leurs activités. Cette anomalie dans le domaine du financement n'est pas passée inaperçue pour tout le monde.

Des compagnies d'assurance et des groupes de placements privés ont inauguré une vague de financements alternatifs dans toute l'Europe. Le mois dernier, Prudential Real Estate Investors et Algemene Pensioen Groep, un gestionnaire néerlandais de caisse de retraite, ont libéré 265 millions d'euros pour alimenter l'immobilier néerlandais.

Selon le cabinet immobilier Cushman & Wakefield, par exemple, le nombre de prêteurs de fonds de créance et de capitaux privés octroyant des prêts immobiliers a augmenté de 30 % l'année dernière. En soutenant le marché immobilier, cette tendance pourrait même inciter les banques traditionnelles à se remettre à prêter.