Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

18 novembre 2013

La Côte d'Azur et résidences secondaires 

Les acheteurs de résidences de luxe ne peuvent pas résister à l’attrait de la Côte d’Azur. Escarpée et magnifique, la côte sud-est de la France est la destination de prédilection des gens aisés depuis des siècles, bien que la Côte d’Azur soit également devenue un lieu de villégiature populaire pour les touristes moins fortunés ces dernières années.

Leur arrivée ne semble cependant pas avoir diminué l’attrait de la région auprès des acheteurs de résidences de prestige, comme le confirme une étude qui fait de la Côte d’Azur le choix privilégié des plus fortunés en quête de résidences secondaires. Une maison type comprenant cinq chambres à coucher ou plus y coûte désormais plus de 28,5 millions de dollars.

Les Russes nantis sont parmi les principaux acheteurs de résidences de standing le long de la côte, imitant ainsi les élites russes qui préfèrent acheter une datcha au pays.

La Côte d’Azur n’est pas une entité géographique définie avec précision, mais on estime généralement qu’elle commence à la frontière italienne pour suivre la côte de la Méditerranée jusqu’à Toulon.

Ses 300 jours de soleil par an, ses mouillages pour yachts à Monaco et ailleurs, ainsi que son accès aisé à la vie nocturne de Nice ou Cannes renforcent l’attrait de la région. Monaco elle-même apparaît quatrième sur la liste des destinations préférées pour les résidences secondaires.

Les prix des plus belles résidences sur la Côte d’Azur se sont légèrement tassés cette année, après une baisse plus importante en 2012 sur fond d’inquiétude quant aux projets fiscaux du gouvernement français. Les analystes indiquent que les acheteurs potentiels sont désormais plus optimistes au sujet des perspectives fiscales, ramenant ainsi la stabilité sur le marché.