Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

06 janvier 2014

Taxe des millionnaires  

Après un faux départ, le Président François Hollande semble finalement avoir reçu le feu vert pour taxer à 75 % les salaires supérieurs à 1 million d'euros par an. Aujourd'hui, les analystes se demandent toutefois si cette taxe controversée va affecter le marché immobilier dans l'Hexagone.

L'idée d'une taxe spéciale prélevée pendant deux ans sur les plus haut revenus était l’une des promesses électorales de Hollande lors de la présidentielle 2012. Elle avait toutefois été rejetée dans un premier temps par le Conseil constitutionnel.

Remanié, le projet prévoit aujourd’hui d'imposer à 50 % tous les revenus versés par des entreprises au-delà du seuil de 1 million d'euros en 2013 et 2014. Bien que le résultat reste similaire à celui des premières dispositions si l’on y inclut les charges sociales, les Sages ont déclaré le nouveau projet conforme à la constitution.

Le plan de Hollande a suscité l'ire des présidents des clubs de football, qui ont déclaré qu'il allait endetter leurs clubs, et des célébrités, à l'instar de l'acteur Gérard Depardieu, qui vient de s'installer en Belgique, à deux pas de la frontière.

Les experts immobiliers pensent avoir décelé des indices d'une chute de la demande de propriétés dans les quartiers les plus huppés de Paris et se demandent si la nouvelle taxe à 75 % y est pour quelque chose.

À la mi-mai 2013, le prix des appartements avait chuté de 18 % par rapport à l'année précédente dans les quartiers chics de l'avenue des Champs-Elysées et de Saint-Germain-des-Prés. Pour le premier semestre, les ventes globales d'appartements à Paris étaient inférieures de plus de 20 % à la moyenne de la décennie écoulée.

Il est cependant difficile de faire la différence entre l'impact potentiel de la nouvelle taxe et les conséquences de la morosité économique ambiante. En tout état de cause, les agents immobiliers déclarent que les acheteurs étrangers (qui seront sans doute épargnés par la taxe à 75 %) tirent de plus en plus parti de la baisse des prix de l'immobilier haut de gamme.