Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Immobilier

09 décembre 2013

Visas dorés pour investisseurs immobiliers 

Recherchant désespérément des acheteurs pour les résidences de luxes construites avant l'éclatement de la bulle immobilière, le Portugal et l'Espagne délivrent des « visas dorés » offrant d'énormes privilèges en matière de déplacements aux non-Européens qui font l'acquisition de propriétés au-dessus d'un certain prix.

Les acheteurs originaires de Russie, de Chine et du Moyen-Orient sautent sur l'occasion. En achetant une propriété d'au moins 500 000 Euros, ils bénéficient non seulement du droit de séjourner au Portugal ou en Espagne, mais également de celui de voyager dans presque toute l'Europe.  

Les propriétaires de résidences de vacances en Algarve, la région côtière du sud du Portugal, peuvent ainsi profiter des destinations touristiques les plus prisées d'Europe, faire du shopping, des excursions culturelles et des affaires à Barcelone et Madrid, mais aussi envoyer leurs enfants dans les meilleures universités du continent.

Depuis le lancement du programme de « visas dorés », plus de 300 investisseurs ont ainsi injecté 200 millions d'euros dans l'économie portugaise. L'Espagne a présenté un programme similaire cette année.

D'autres pays européens ont également rejoint le mouvement : la Grèce va délivrer des visas pour des propriétés de 550 000 euros et plus, tandis que Malte octroiera la nationalité aux investisseurs dépensant plus de 650 000 euros.

Les visas délivrés par l'Espagne et le Portugal permettent à leurs titulaires de circuler dans les 26 nations de l'espace Schengen, c'est-à-dire la majeure partie de l'Union Européenne et d'autres pays comme la Suisse. Le Royaume-Uni et l'Irlande en sont cependant exclus. Un acheteur doit passer au moins sept jours par an au Portugal, tandis que l'Espagne n'exige qu'une seule visite par an.

En faisant l'acquisition de propriétés dans l'eurozone, certains investisseurs cherchent à diversifier leur portefeuille d'investissements, d'autres à tirer parti de taux de change favorables. Quelle que soit leur motivation, ils offrent également une bouée de sauvetage à des pays dont le patrimoine immobilier est enviable mais qui manquent cruellement d'acheteurs.