Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Lifestyle

26 février 2014

La fin de la sieste 

S'ils font depuis longtemps partie de la culture et du charme de l'Espagne, les longs déjeuners tardifs et les dîners pris à 22 heures pourraient bientôt appartenir à un passé révolu.

Face aux difficultés qu'éprouve la nation à sortir de la crise de la dette, certains Espagnols pensent que mieux aligner les horaires de travail espagnols sur ceux du reste de l'Europe pourrait constituer une piste pour améliorer la productivité.  

C'est un caprice de l'histoire qui a placé l'Espagne à la même heure que Berlin, alors qu'elle devrait en fait se trouver dans le fuseau horaire de Londres (comme le Portugal, son voisin ibérique). Pendant la Seconde Guerre mondiale, le dictateur Franco avait ordonné de mettre toutes les horloges du pays à l'heure allemande. Il est vrai que l'aide militaire de l'Allemagne lui avait permis de sortir vainqueur de la Guerre d'Espagne. Après la mort de Franco en 1975, l'Espagne est devenue démocratique mais sa pendule est restée synchronisée avec l'heure d'Europe centrale.

Suite à l'implosion de la bulle immobilière, l'Espagne cherche de nouvelles méthodes pour améliorer sa compétitivité. En septembre dernier, une commission parlementaire a recommandé de retarder les montres espagnoles d'une heure pour arriver à une journée de travail plus proche du traditionnel 9 h -17 h européen, cette proposition n’a cependant toujours pas été suivie...

Il est vrai que cela chamboulerait le rythme de la vie espagnole. Les Espagnols sont tellement habitués à leur culture nocturne qu'un quart de la population regarde habituellement la télévision après minuit.

Même si la siesta est en grande partie un mythe culturel, de nombreux Espagnols observent une pause entre 14 et 16 heures et restent au travail jusque 20 heures, voire plus tard. Des critiques affirment que cette pratique discrimine les femmes, dont un grand nombre doivent quitter le travail tôt pour aller s'occuper des enfants.

Les défis que l'Espagne doit relever vont bien au-delà de son fuseau horaire ou de ses horaires de travail, mais le fait que les leaders espagnols envisagent de repenser des piliers bien établis de sa culture du travail semble être une bonne chose. Alors, les Espagnols vont-ils bientôt se souhaiter bonne nuit une heure plus tôt ? Cela ne semble pas être un prix excessif à payer.