Cookies on KBL website

To improve our website we use Google Analytics cookies. These small pieces of data placed in your browser show us some of your activities on our website (such as which pages you've visited, etc.) and allow us to measure audience on the website. For more information, please visit our Data Protection page.

Lifestyle

22 décembre 2015

N’oublie pas mon petit soulier 

En termes absolus, les Anglais sont les champions du shopping de Noël, avec une moyenne de 420 euros par personne, soit légèrement plus que les Américains, qui dépensent en moyenne 360 euros par tête, ou que les Luxembourgeois, avec 300 euros par habitant.

À Noël, la générosité reste toutefois relative.  

Mesurée en pourcentage du revenu net, ce ne sont ni les Anglais, ni les Luxembourgeois les plus généreux en matière de cadeaux. Ce titre revient plutôt aux Roumains, qui dépensent en moyenne 32 % de leur revenu mensuel médian, pour leurs achats de Noël.

C’est vrai, 32 % de 346 euros ne représentent que 110 euros, mais c’est l’intention qui compte.

À hauteur de 25 % de leur revenu mensuel médian (726 euros), les Tchèques arrivent en deuxième position lors des festivités de fin d’année.

En comparaison, les Anglais et les Américains ne dépenseront que 15 % de leur revenu mensuel pour les cadeaux.

Les bons derniers du classement sont les Hollandais, qui ne dépensent guère que 40 euros par habitant (soit 1,4 % du revenu médian mensuel de 2 794 euros). Toutefois, la raison est culturelle. Les Hollandais s’offrent principalement des cadeaux lors de Sinterklaas, la Saint-Nicolas, les 5 et 6 décembre et la fête de Noël n’est pas vraiment ancrée dans la culture du pays.

Globalement, la hausse du budget de Noël est soutenue par une dynamique positive de croissance en Europe et aux États-Unis, dont les PIB respectifs devraient augmenter de 2 et 2,5 %. Ces deux marchés restent marqués par une plus grande confiance des consommateurs, un chômage plus faible et une légère inflation.

Une enquête récente publiée par Gallup indique que, comparé à l’année dernière, les Américains ont l’intention d’augmenter leur budget "cadeaux" de 15 % cette année, soit un montant total de 755 euros par adulte. Ce chiffre représente un bond énorme de 34 % par rapport à 2008, mais reste toutefois légèrement inférieur aux dépenses d’avant la crise.  

En Europe, la dernière étude de Noël de Deloitte indique que le budget "cadeaux" sera également à la hausse par rapport à 2014 (0,23 %) et que cette année le Père Noël misera sur la qualité plus que sur la quantité. Non seulement, les Européens dépenseront plus cette année, mais ils feront également leurs achats de Noël plus tôt – les Français étant les champions de l’anticipation – et de plus en plus sur internet, en particulier pour les Anglais et les Allemands.

Selon cette même étude, ce que désire avant tout la plupart des Européens sages, ce ne sont ni des pulls à motifs, ni de nouveaux gadgets électroniques, mais une bonne vieille enveloppe d’argent liquide.