Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Lifestyle

02 septembre 2015

Rêves en déficit 

Le sommeil est essentiel pour la santé et la productivité au travail. Un adulte a besoin en moyenne de sept à neuf heures de repos par nuit. Alors que le taux de pénétration des smartphones et des tablettes ne cesse d’augmenter, notre sommeil, au contraire, ne cesse lui de diminuer.

Il existe un ensemble complexe de facteurs neurologiques qui empêchent les utilisateurs d’appareils à LED de dormir. Pour faire simple, une trop forte exposition à ces lumières inhibe la libération de mélatonine, aussi surnommée hormone du sommeil.

Plus fondamentalement, selon des chercheurs de l’Université de Californie, les accros aux réseaux sociaux ne dorment pas car ils souffrent du syndrome « FOMO » ( Fear of missing out – ou l’angoisse de manquer quelque chose).

Dans leur étude qui se penche sur 700 étudiants, ces chercheurs montrent que « les étudiants qui sont plus angoissés à l’idée d’être éloignés de leur téléphone, ont tendance à davantage utiliser leur téléphone la journée et à davantage se réveiller en pleine nuit pour vérifier leur téléphone. Ces deux observations entraînent inévitablement des troubles du sommeil. »

 Heureusement, le remède contre les insomnies provoquées par les smartphones est très simple : éteignez tous vos appareils une heure avant d’aller au lit et ne les rallumez qu’après votre réveil le lendemain.

Étant donné les importants risques de santé liés au manque de sommeil, notamment pour les maladies cardiaques, le diabète et l’obésité, tout le monde devrait suivre ce conseil. Ceux qui insistent tout de même pour se coucher tard voudront peut-être noter que, selon le British Sleep Council, dormir moins de six heures par nuit augmente les risques de décès prématurés de 12 %.

Les employeurs également ont tout intérêt à encourager le sommeil réparateur parmi leur staff. Une récente étude menée auprès de plus de 21 000 employés montrent que les personnes qui dorment six heures ou moins par nuit sont sont moins productives que celles qui dorment sept ou huit heures.

Le manque de sommeil joue également un rôle capital dans les accidents de voiture. Rien qu’aux États-Unis, 100 000 accidents annuellement sont causés par la fatigue au volant, entraînant 1 550 décès, 71 000 blessés et 12,5 millions de dollars de pertes.

À ce titre, il est à noter que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, l’explosion de la navette spatiale Challenger et le naufrage du pétrolier Exxon Valdez résultent toutes d’actions prises par des employés qui manquaient de sommeil.  

Le monde entier dort progressivement moins depuis l’invention de l’électricité. En 50 ans, nous avons perdu en moyenne une heure de sommeil quotidiennement.  

Les habitants des États-Unis et du Japon, deux des nations au rythme de vie les plus effrénés au monde, dorment très peu, avec une moyenne de moins de six heures de sommeil par nuit durant une semaine de travail.

Au contraire, les Suisses profitent d’une meilleure qualité de sommeil et comptent parmi les plus lève-tôt du monde, avec un réveil qui sonne généralement à 7h13. De même, la Nouvelle-Zélande offre de bonnes opportunités en matière de sommeil, avec une moyenne de 7,5 heures par nuit.

Personne ne sera surpris d’apprendre que ce sont les Français qui détiennent le record d’heures de sommeil des pays développés, avec près de neuf heures de sommeil par nuit. Ajoutons à cela un autre record parmi les pays de l’OCDE : deux heures passées à table par jour.

Si ces chiffres, de même que les 35 heures de travail hebdomadaires et les 30 jours de congés payés imposés par le gouvernement, font sourire certains, il est à retenir que ce pays ne compte pas seulement les plus gros dormeurs mais également les travailleurs parmi les plus productifs du monde.