Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

08 juillet 2015

Égalité et croissance ? 

Au cours de l'histoire, l'inégalité des richesses a souvent été considérée comme un problème social plutôt qu'économique.

Un rapport du Fonds monétaire international semble toutefois indiquer que les pays qui présentent un niveau élevé d'inégalité connaissent une croissance plus faible que ceux où les revenus sont distribués de façon plus équitable.

Ce rapport démontre aussi que l'inégalité peut rendre la croissance plus aléatoire. Il argumente de façon assez controversée que la redistribution de la richesse pourrait améliorer l'égalité sans nuire à la croissance économique.

Ce rapport renforce une récente série d'études remettant en question la validité de la « théorie du ruissellement ». Celle-ci qui argumente que les créateurs de richesse doivent bénéficier d'un faible taux d'imposition qui les encourage à investir. En retour, les bénéfices seront ressentis dans toute l'économie en raison de leur pouvoir d'achat plus élevé et de leur volonté de créer des emplois. Cette nouvelle étude suggère néanmoins qu’il est tout aussi important de chercher à réduire la pauvreté que d'encourager l'esprit d'entreprise.

Une récente recherche de l'OCDE indique que les inégalités freinaient l'économie, surtout des pays nantis où la disparité entre les revenus est la plus élevée, en particulier au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les chercheurs estiment que relever le niveau de vie des gens les plus pauvres au Royaume-Uni au niveau de la France offrirait 0,3 % de croissance annuelle du PIB pendant 25 ans.

Un certain nombre d'économistes ont toutefois indiqué que cette conclusion semblait contredite par l'expérience récente. La plus grande égalité des revenus ne semble guère avoir stimulé la croissance économique dans les pays européens continentaux, même si la situation y aurait été peut-être pire encore dans son absence.

Et même dans ce cas, il existe des exceptions. Le Danemark, pays le plus égalitaire au monde selon les évaluations de l'OCDE, n'a enregistré qu'une croissance faible ces dix dernières années, démontrant ainsi que l'égalité seule ne garantissait pas la croissance.