Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

19 février 2014

L'écart se resserre-t-il en Europe ? 

Les derniers chiffres de la croissance économique européenne semblent montrer que l'écart se résorbe entre les nations du cœur de l'Europe et celles de la périphérie. Les décideurs espèrent timidement que la reprise n'est désormais plus circonscrite à l'Allemagne et à quelques-uns de ses voisins, mais commence à profiter aux pays frappés de plein fouet par la crise de la dette dans la zone euro.

Dans cette zone, le PIB a progressé de 0,3 % au quatrième trimestre, après un faible 0,1 % entre juillet et septembre. Si la croissance dans les 17 pays membres devrait être significativement plus élevée pour réduire le taux de chômage, le moindre chiffre positif fait l'effet d'un rayon de soleil au bout de trois années de tempête économico-financière.

La nouvelle la plus encourageante est que l'économie italienne, qui avait à peine crû lors de la décennie écoulée, a connu la croissance au cours des trois derniers mois de 2013, alors que l'Espagne accélérait de son côté la cadence. Deuxième économie du vieux continent, la France a également retrouvé la croissance.

D'autres pays sortent à leur tour de leur torpeur : la croissance a progressé trimestre après trimestre en Autriche, en Belgique, au Portugal et aux Pays-Bas. Seul point noir, la baisse du PIB s'est poursuivie au quatrième trimestre en Finlande.

Le resserrement de l'écart entre les pays du centre de l'Eurozone et ceux de la périphérie pourrait réduire les tensions qui existent au sein de la zone et rendre moins épineuse la réponse à la question de savoir si la politique monétaire doit avoir pour but de combattre l'inflation en Allemagne ou de stimuler la croissance autour de la Méditerranée.

Désespérément lent, le rebond dans les pays de la périphérie vient toutefois démentir les conclusions, pas si anciennes, des analystes qui pensaient que les divergences économiques au sein de la zone euro condamneraient la monnaie unique à l'effondrement.