Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

02 décembre 2013

L’importance des réformes chinoises 

Début novembre, la Chine a dévoilé ses réformes visant à relâcher l'emprise gouvernementale sur les banques et autres industries, annonçant ainsi un bouleversement du paysage concurrentiel de la seconde économie mondiale.

Avec ce qui constitue sans doute le virage économique le plus spectaculaire depuis les premières réformes de Deng Xiaoping en 1978, la Chine va permettre aux entreprises privées d'entrer en concurrence avec les banques nationalisées. Un nouveau système d'enregistrement pour les PAPE et des règles permettant aux investisseurs qualifiés de créer des banques de petite et moyenne taille sont également en chantier. 

Pour améliorer la demande intérieure, la Chine va en outre assouplir un peu plus le dogme de l'enfant unique.

Ces nouvelles dispositions devraient réorienter le paysage économique vers des activités déterminées par le marché et modifier le rôle du gouvernement central. Les entreprises qui comptaient sur les anciennes méthodes pour pérenniser leur prospérité vont devoir trouver de nouvelles solutions.

Gageons que les entreprises mondiales ont pris note du message. Mercedes-Benz a annoncé en novembre qu'elle allait investir 625 millions d'euros pour acquérir 12 % de la division voitures particulières du Beijing Automotive Group.

La libéralisation du contrôle démographique pourrait profiter tout particulièrement aux marques globales high-tech qui plaisent aux consommateurs chinois. Quant aux grands constructeurs de machines qui avaient largement tiré profit de somptueuses dépenses infrastructurelles, ils pourraient pâtir de ce recentrage de la Chine vers une économie de consommation.

La nécessité pour la Chine d'évoluer est devenue d'autant plus évidente que le pays doit aujourd’hui faire face à un ralentissement de sa croissance (basée sur les exportations) et aux attentes croissantes de sa population gigantesque. Les entrepreneurs et entreprises qui seront capables de naviguer dans ce nouveau paysage devraient en tirer de considérables bénéfices. Malheur à ceux qui rateront le train.