Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

14 décembre 2016

Noel.com 

L’e-commerce est le secteur commercial qui a connu la croissance la plus rapide en Europe et en Amérique du Nord, avec des ventes qui pourraient bien atteindre 2 000 milliards de dollars dans le monde cette année.

Cette croissance peut être attribuée en grande partie à des sites de commerce de plus en plus fiables, rapides dans l’expédition des commandes et faciles d’utilisation. Les magasins classiques sont en phase de devenir les principales victimes de cette évolution des habitudes de consommation, surtout en cette période des fêtes de fin d’année.

Les ventes en ligne pour Noël devraient augmenter de 17 % en 2016 et représenter 10 % des ventes totales de fin d’année, un tournant décisif pour le commerce de détail.

L’e-commerce va bien au delà de la simple navigation sur le web. C’est devenu une expérience client complète avec des stratégies commerciales dédiées.  

Prenons l’exemple de Sears Hometown and Outlet Stores (SHOS), un grand distributeur américain qui ne manque pas d’idées pour attirer ses clients web dans ses boutiques.  La marque a lancé des publicités basées sur la localisation, qui cible les consommateurs à proximité de magasins Sears et à la recherche de produits sur leur site Internet. La publicité propose la disponibilité d’un produit en boutique et d’autres informations utiles comme les horaires d’ouverture du magasin et les itinéraires. Résultat : deux fois plus de visiteurs dans les magasins.  

Il est intéressant de noter que les pays les plus friands de shopping en ligne – soit la Chine, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne – représentaient près de 75 % des ventes mondiales de l’e-commerce en 2015. Le commerce en ligne a donc de beaux jours devant lui.

En 2015, les consommateurs chinois ont dépensé plus de 500 milliards de dollars en ligne, cela ne représentant que 12 % des dépenses totales du pays.

La plupart des pays émergents sont encore à la traîne dans ce domaine. En Inde, par exemple, seul 1,6 % des achats sont effectués en ligne.

L’année dernière, l’e-commerce a compté pour 6,7 % des dépenses mondiales de shopping. Alors que le monde continue sa transition vers le numérique, les magasins en ligne feront leur possible pour redéfinir l’industrie et consolider le marché de la vente au détail.