Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

09 septembre 2014

Prête pour de nouveaux défis 

Le léger tassement de l'économie allemande au second trimestre ne devrait pas porter préjudice à la bonne santé intrinsèque de la première économie européenne.

Même si la production réelle du pays a très légèrement diminué (0,2 %) au cours du second trimestre de l'année, tandis que la production baissait de 1%, les analystes se gardent bien de tirer des conclusions alarmistes de la situation. Ils notent que les retombées économiques du conflit ukrainien ont eu des conséquences sur les échanges commerciaux entre l'Allemagne et la Russie, et mis en sourdine les investissements dans des projets impliquant les deux pays. Il n'y a cependant pas matière à s'inquiéter, puisque les échanges avec la Russie ne représentent que 3 % de l'économie allemande.

L'Allemagne possède de longue date de sérieux atouts économiques, comme de bons résultats dans le périlleux exercice qui consiste à tenir son budget en équilibre. Qui plus est, la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs de l'économie, qui pourrait être partiellement résolue en laissant les salaires augmenter, ne constitue pas à proprement parler l'indice d'une économie en difficulté.

Le pays s'est classé à la quatrième place dans le Rapport sur la compétitivité mondiale 2013-14 établi par le Forum économique mondial, devançant les États-Unis, le Royaume-Uni, la Japon et la Chine. Ce rapport a mis en évidence la qualité de l'enseignement, la bonne formation de la main-d'œuvre et le nombre d'entreprises innovantes.

Comme le reste de l'Europe, l'Allemagne doit cependant relever d'importants défis fiscaux et économiques à long terme. La population âgée des pays d'Europe doit faire face à la concurrence de plus en plus âpre des marchés émergents du monde entier, et les gouvernements européens peinent à trouver le juste équilibre entre équité fiscale et préservation des acquis de la sécurité sociale. Mais une gouvernance forte, une productivité élevée et une grande rigueur fiscale donnent au pays des bases solides pour relever ces défis... et offrir un modèle à ses partenaires européens.