Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

Macro-économie

22 avril 2014

Salaire minimum suisse 

Le 18 mai prochain, les électeurs suisses décideront si leur nation doit offrir le salaire minimum le plus élevé au monde.

Si elle est adoptée, la mesure fixerait le salaire minimum à 22 francs suisses (18 euros) par heure ou 4.000 francs (3.300 euros) par mois, soit plus du double de la France (9,53 euros) et largement plus que les 7,65 euros offerts en Grande-Bretagne. Le salaire minium suisse serait, dit-on, le plus élevé de la planète.

La Suisse possède de solides bases économiques. Plusieurs des plus importants gestionnaires de fortune au monde ainsi que plusieurs multinationales en vue comme Nestlé et Novartis y sont établis. Cependant, deux tiers des entreprises suisses sont des PME, et certains patrons soutiennent que l’instauration d’un salaire minimum les pénaliserait en les obligeant à augmenter le salaire de bon nombre de leurs employés.

Environ un dixième des citoyens suisses gagnent moins que le minimum proposé, et l'impact de la mesure devrait rester limité si elle était votée. Avec 3,3 % en mars, le taux de chômage suisse est parmi les plus bas d'Europe et est statistiquement proche du plein emploi. En d'autres mots, la demande de main-d'œuvre est importante et la mesure ne risquerait guère d'entraîner des pertes d'emploi.

Le vote par référendum constitue une composante essentielle de la société suisse. Lors de précédentes initiatives, les électeurs se sont ainsi prononcés contre la limitation du salaire des cadres, mais pour une restriction de l'immigration. Aucune tendance claire pour ou contre la proposition d'un salaire minimum ne semble se dégager dans les récents sondages.

La législation suisse permet assez facilement de soumettre des propositions radicales au vote de la nation, mais persuader les électeurs de les adopter est une autre paire de manches. Quelle que soit l'issue du scrutin, le vote pourrait donner un bon aperçu des conséquences envisageables si on laissait directement aux électeurs les commandes de politiques économiques clés.