Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

29 octobre 2018

Une période difficile pour les marchés actions 

Pour la quatrième fois en cinq semaines, les marchés actions ont été sous pression la semaine dernière, les bénéfices décevants annoncés par les entreprises ayant fait naître des inquiétudes quant au ralentissement de la croissance économique, et ce, malgré une croissance du PIB plus forte que prévu annoncée vendredi.

Le PIB américain s'est établi à 3,5% en rythme annualisé. Le S&P 500 a reculé de 10% par rapport à ses récents sommets et affiche des pertes hebdomadaires de près de 4% sur deux des trois dernières semaines. Tous les secteurs ont accusé des pertes cette semaine, l'énergie, les valeurs industrielles et les valeurs financières tirant les marchés à la baisse. Bien que la saison de publication des résultats aux États-Unis ait produit les niveaux de croissance les plus élevés depuis fin 2010, avec des taux de croissance des bénéfices supérieurs aux moyennes quinquennales, les résultats n'ont pas été suffisamment solides pour dissiper les craintes grandissantes des investisseurs.

Celles-ci vont des marges élevées sur la hausse des coûts des intrants à la vigueur du dollar, en passant par le recul des avantages liés à la réforme fiscale, le ralentissement de la croissance chinoise, le risque de déstabilisation engendré par la crise budgétaire italienne, la faiblesse du marché de l'immobilier, les inquiétudes liées à la guerre commerciale et les craintes d'une éventuelle erreur de politique de la Fed. C'est dans ce contexte que les rendements des obligations d'État mondiales ont commencé à baisser par rapport à leurs plus récents sommets, le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans étant retombé à 3% alors qu'il avait culminé à 3,2% au début du mois.

En ce qui concerne l'avenir, la situation politique reste au cœur de l'actualité. Au cours du week-end, la chancelière allemande Mme Merkel a subi un nouveau revers politique à l'occasion des élections qui se sont tenues dans le Land de Hesse (région de Francfort), les petits partis ayant fortement progressé. Mme Merkel avait connu un revers électoral similaire lors des élections bavaroises il y a deux semaines, confirmant la tendance à la progression des partis populistes à travers l'Europe.

Toutefois, les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises en Europe ce matin, les marchés sont en hausse et les actifs italiens rebondissent par rapport à leurs niveaux planchers en début de séance, notamment en raison de la confirmation par S&P de la note BBB attribuée à l'Italie, bien que ses perspectives aient été révisées à Négatives. Le budget britannique, qui sera publié aujourd'hui, fera le point sur la façon dont le Bureau de responsabilité budgétaire (Office for Budget Responsibility) envisage l'économie britannique dans le contexte des incertitudes liées aux négociations sur le Brexit.