Cookies sur le site KBL

Afin d’améliorer notre site Internet, nous utilisons les cookies Google Analytics. Ces fragments de données placés sur votre navigateur nous montrent certaines de vos activités sur notre site (comme les pages que vous avez consultées, etc.) et nous permettent d"évaluer l"audience du site. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection des données du site Internet.

12 décembre 2016

KBL epb partage ses perspectives d’investissement pour 2017  

La croissance économique devrait connaître une accélération – si les mouvements populistes et tendances protectionnistes n’entraînent pas de ralentissement

Télécharger le rapport complet

Suite au contrecoup de la mondialisation, au vote en faveur du Brexit et à l’élection de Donald Trump, le monde se trouve à la croisée des chemins. La croissance économique devrait connaître une accélération – si les mouvements populistes et tendances protectionnistes n’entraînent pas de ralentissement.

C’est ce qui ressort de l’analyse de KBL European Private Bankers (KBL epb), le groupe de banques privées basé à Luxembourg, qui a publié aujourd’hui ses projections annuelles pour l’économie mondiale, les marchés financiers et les principales classes d’actifs en 2017.

Compte tenu de la reprise des secteurs de l’industrie et de l’énergie, de la hausse des dépenses de consommation et du recul de l’austérité, le rythme de la croissance annuelle devrait augmenter ces 12 prochains mois, a déclaré Jean-François Jacquet, Chief Investment Officer, Luxembourg, KBL epb. Toutefois, trois risques principaux pourraient compromettre ce scenario : « une vague de populisme en Europe, un potentiel krach du marché obligataire et une ou plusieurs attaques cybernétiques ».

S’attardant sur l’essor de la numérisation, et particulièrement de la robotique « intelligente », Ilario Attasi, Head of Group Research de KBL epb, a expliqué comment de telles innovations menaçaient la croissance de l’emploi à long terme – en particulier pour les travailleurs pauvres et les classes moyennes en difficulté – alimentant ainsi l’ascension des partis populistes.

« C’est là l’une des particularités de notre époque : la technologie amplifie les niveaux d’inégalité actuels en matière de revenus tout en permettant à ceux qui s’opposent à de telles tendances de s’exprimer », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les perspectives d’investissement, M. Attasi a déclaré que les marchés actions mondiaux devraient rester volatils mais pourraient tout de même croître à un taux proche de 5 % en 2017.

En Europe, il a indiqué une préférence pour les actions de type « value » et les secteurs plus cycliques, comme les matériaux ou l’industrie – préférence étayée par l’évolution positive des prix des matières premières, le léger regain d’inflation et l’amélioration des indicateurs de consommation.

De l’autre côté de l’Atlantique, la hausse des investissements dans les infrastructures devrait soutenir le secteur de la construction, tandis que les perspectives pour la défense, l’énergie, le secteur minier, le secteur pharmaceutique et l’assurance semblent également positives. Parmi les perdants potentiels figurent les énergies renouvelables, les exportateurs, les biens de consommation courante et les services de santé.

Si 2016 a de nouveau été une année difficile pour les actions japonaises – malgré l’appui solide et continu de la banque centrale – les entreprises nippones devraient voir la croissance de leurs bénéfices atteindre 5 % en 2017. Durant la même période, M. Attasi est également optimiste pour les marchés émergents et plus particulièrement en ce qui concerne les pays exportateurs de matières premières.

Parallèlement, les investisseurs obligataires doivent anticiper une année 2017 difficile, durant laquelle les « Trumponomics » se traduiront quasi certainement par une augmentation des rendements. Pour cette raison et compte tenu de leur corrélation limitée avec les actions et obligations, les classes d’actifs non traditionnelles devraient offrir des avantages en termes de diversification dans le cadre d’un portefeuille équilibré.

Enfin, en ce qui concerne les devises, M. Jacquet a partagé les perspectives neutres de KBL epb vis à vis du dollar US pour les investisseurs en euros, alors que de solides vents contraires souffleront sur la livre sterling et que les devises dont le cours est lié aux matières premières devraient rebondir.